[Image][Image]TINTIN et la science[Image]

Compte rendu du b'art du 27 septembre 2007  (19 ème du nom)

(par Didier)

TINTIN et la science

Connaissez vous un scientifique sympathique, drôle, clair dans ses explications, ouvert à toutes les remarques et qui simplement répond avec justesse à chacune des questions posées ? Nous oui ! C'est Robert MOCHKOVITCH  qui pour ce tout premier bar de la saison 2007 / 2008, nous a  présenté avec bonne humeur, l'univers scientifique de ce cher ami Tintin. Et pas question d'opposer la science à la BD ! Les puristes peuvent se reposer sur leurs deux oreilles : Tintin est un mythe, un personnage imaginaire inattaquable ; la physique est certes une science exacte, mais secondaire, quant au regard de la majorité des lecteurs. Pas question de sublimer l'un en dénigrant l'autre : Hergé a fait des choix pour  saupoudrer les aventures de ses héros fictifs de "faits scientifiques". Ces choix sont souvent très bons, parfois surprenants, rarement erronés. Robert Mochkovitch s'est contenté (et avec quel talent ! ), de repérer les bases réelles de la science.  Disons que son approche extrêmement sérieuse des albums d'Hergé donne un éclaircissement raisonné du petit monde de Tintin et ses amis !

Ainsi, à travers une expo par vidéopojecteur interposé (nous ne vous montrerons ici aucune image de ces albums, ceci en raison de droits évidents), Robert Mochkovitch nous a présenté quelques faits scientifiques dans les albums :

- Le Temple du Soleil

- On a marché sur la Lune.

- L'étoile Mystérieuse

1- Dans le Temple du Soleil, Tintin et ses amis sont retenus prisonniers et vont bientôt être sacrifiés par les Incas. Dernière faveur (quelle chance !), ils ont le droit de choisir le jour de leur exécution. Dans un journal froissé, Tintin apprend qu'une éclipse totale de lune va avoir lieu juste sur leur autel. Cette éclipse est bien là le jour -dit (très fort Tintin, pour faire de tête, des calculs aussi précis, mais bon...). Par des incantations menaçantes, Tintin fait croire aux Incas que s'ils ne le libèrent pas, lui et ses amis, et bien il fera tout bonnement disparaître le soleil à jamais. Ces Incas sont vraiment naïfs et méchants, non ?

Robert Mochkovitch, après s'être arrêté sur la rareté des éclipses totales (lesquelles sont visibles uniquement dans des zones bien précises nommées "couloirs de totalité"), nous démontra qu'il était impossible au soleil de passer aussi rapidement sur la tête des Incas, du moins pas aussi rapidement que les paroles de Tintin le laissent entendre. Par contre, après des recherches approfondies, il est capable de nous dire que cet événement, à savoir une éclipse totale sur le Pérou, a bien eu lieu à deux reprises, l'une le 8 juin 1937, l'autre le 25 janvier 1944.

Enfin, toujours avec cet humour détaché, Robert Mochkovitch nous fit découvrir l'endroit exact où se trouve le Temple su Soleil (Chut ! Tintin a juré de ne jamais dévoiler son emplacement)... Par des recherches véritablement étonnantes et circonstanciées, et en suivant les indications de l'album,  (indications de temps et de lieu), il est en mesure de nous annoncer que ce Temple Sacré se trouve en Amazonie brésilienne... Là où les photos satellites ne voient rien, bien sûr... Pas assez précises sans doute ? (En fait, il y a risque de mort pour ceux qui le voient, alors oublions...) Bref, cette expédition, démarrée sur le port tout calme et pacifique de Saint-Nazaire... en 1943... nous laisse entendre qu'Hergé a un tantinet ...éclipsé la réalité.

Retenons toutefois que le professeur Tournesol est un judicieux mélange de scientifiques avérés et que très souvent, dans ses paroles ou ses commentaires, la réalité scientifique est époustouflante. Ainsi par exemple avec ses explications dans "On a marché sur la lune".  

2- Dans cette expédition lunaire, nos amis, transportés dans une fusée rouge et blanche extrêmement semblable à des V2 de Werner Von Braun, subissent une poussé gigantesque, laquelle leur fait perdre connaissance. Une telle accélération les fait parvenir en 3 jours (rectification faite, en 1 heure 1/2 en suivant les indications de l'album) ; bien sûr cette fusée "pile au quart de tour" et fait demi-tour dans l'espace, à l'aide de sa rétro-fusée, mais quelle joie pour nos amis de s'approcher de l'astéroïde ADONIS (et pour le Capitaine Haddock de risquer la mort en devenant satellite de cet astéroïde parfaitement représenté par Hergé) Robert Mochkovitch souligne en effet avec admiration que les connaissances astronomiques à l'époque où Hergé a croqué cette grosse pierre lointaine et bien réelle, ne permettaient pas de  la représenter aussi fidèlement. Hergé était entouré d'excellents astronomes.

Le professeur Tournesol donc, en découvrant ADONIS s'extasie d'un "Mais je ne rêve pas ! Mais oui, ma parole, c'est Adonis !" ce qui confirme, d'après notre Tintinophile favori qu'en fait, cette aventure sur la Lune était avant tout un "rendez-vous spatial organisé"... Un peu comme si Tournesol avait calculé le vol, pour justement "tomber sur Adonis"... Il était impossible sinon, au professeur, de reconnaître avec certitude, cet astéroïde géocroiseur parmi les milliers d'autres (Permettez-moi une petite pensée émue ici pour Robert CHEMIN, mon tonton astronome, trop tôt décédé qui découvrit, lui-aussi, avec Jean-Louis HEUDIER  entre autres, l'astéroïde TOUTATIS, lequel se promène tranquillement dans les cieux).

Dans "on a marché sur la Lune", Hergé met en apesanteur nos amis, après que Dupon (heu T ou D ?..) a coupé les moteurs par inadvertance. Là encore,  Robert Mochkovitch souligne que c'est la réalité des faits : lorsque la boule de whisky, boisson si chère au capitaine Haddock se métamorphose en boulette flottante dans l'habitacle, rien n'est inventé. Bravo encore à Hergé pour l'avoir mis en scène... bien avant que les humains ne montent réellement dans l'espace ! On nomme cela l'anticipation.

Que dire enfin de la glace sur la lune - genre stalagtite géante sur laquelle glissent nos héros - C'est vrai que les recherches scientifiques ont décelé de la glace persistante sur la lune, notamment aux pôles, mais pas autant...

Milou en combinaison spatiale vaut  également le détour. Et si nos amis, avec leur poids réduit à 1/6ème en raison de l'apesanteur gambadent allègrement sur la surface lunaire, il n'en est pas moins vrai que les poussières et petites pierres tombant autour d'eux seraient, dans la réalité des projectiles ultra rapides et à tous les coups mortels. L'aventure prend dès lors le pas sur la réalité scientifique... Qui s'en plaindra !

Par contre les télescopes dessinés -au boulon près - par Hergé sont de réels appareils de mesure, et Robert Mochkovitch nous le prouva, photos à l'appui, en nous présentant notamment le célèbre Hubble devant le téléscope de Schmidt, ainsi que celui du Mont Palomar.

3- Dans l'étoile mystérieuse, chacun se souvient de cette araignée monstrueuse, animal gigantesque apparemment... en fait simple petite bestiole se promenant sur la lunette. Là encore, Hergé a préféré saisir l'imagination du lecteur, plutôt que suivre la science. Impossible en effet, sur une lunette astronomique de voir aussi imposément, des petites poussières sur l'objectif. Que dire en outre des astronomes qui laisseraient tant de poussière sur leur instrument de travail (Perso, c'est décidé, je nettoie mon bureau !).

Cette étoile mystérieuse, coincée soudain en plein milieu de la grande Ourse, extrêmement brillante et mobile devient la base de l'aventure passionnante de l'album.

Par des caclculs toujours aussi précis et approfondis, Robert Mochkovitch nous expliqua que cette intruse lumineuse devait être une supernova (mot paradoxal, puisqu'il vient du latin nova stella = nouvelle étoile... Alors qu'en fait c'est une étoile qui meurt, comme le décrivit Tycho Brahé dans ses écrits en 1572).

Cet aérolythe tombé du ciel entraîna une expédition trépidente, au cours de laquelle, le savant Calys tenta de donner son nom à cette nouvelle roche : "calystène"... Ce qui ne se fait pas en principe, sans une commission scientifique de haut niveau.

Enfin tel un détective bien renseigné, Robert Mochkovitch nous démontra par A + B la durée exacte de cette expédition, prouvant ainsi, oh surprise que Tintin, au début de l'histoire, rentre chez lui à ... Trois heures du matin (Nous qui le prenions pour un jeune homme bien rangé !).

Franchement, si vous avez l'occasion d'assister à cette conférence que Robert Mochkovitch ne manquera sûrement pas de réitérer, n'hésitez pas !

Merci Robert pour ces instants magiques. Nous sommes heureux, à LIVRY-GARGAN, d'avoir accueilli un savant tel que vous !

Un petit coucou à Zoé également...

La soirée, comme à l'accoutumée s'est terminée par un bon repas.. un peu long certes en raison des nombreux clients qui apprécient de plus en plus notre petit restaurant... Merci dès lors aux dames qui ont donné la main pour faire avancer le service (Moi je ne pouvais pas, j'étais coincé dans le fond...)       

   Si vous aussi voulez participer à nos prochains bars, n'hésitez pas. Vous serez les bienvenus

photos b'art

        [Image][Image]